enquête "La vie en confinement" / VICO (CNRS, 2020)

https://enqueteconfinement.wixsite.com/site


« La Covid a mis la science partout et souvent nulle part. Science par ici, science par-là, un peu partout et souvent nulle part. La rumeur du mot bruisse de façon insistante de conversations de balcons en murs Facebook. [...] La question de la crédibilité est essentielle ici. Le poids des avis et des éventuelles recommandations s'apprécie à la mesure du capital d'autorité scientifique des institutions. [...] Dans l'accélération d'un management de crise d'un gouvernement enjoint à l'efficacité ici et maintenant, l'incertitude n'est tolérable qu'à la marge, car il y a mort de femmes et d'hommes. Plus que jamais il faut le savoir pour le pouvoir. Mais encore faut-il que le pouvoir sache ce qu'il veut en faire. La polyphonie des registres de véridiction au sommet de l'État s'est vite transformée en brouhaha. Tel est le récit ayant en général cours dans les médias généralistes, plaçant les populations confinées dans la sidération d'un événement prétendument insaisissable. » — Arnaud SAINT-MARTIN, « Science », Anamosa, 2020.

Titre

xxxxx

thème

Le respect des consignes sanitaires lors du confinement – obéissance / défiance – rapport à l’État.

image2

question de recherche

  • comprendre les conditions d’acceptation des discours des représentants de l’État
    • ⇒ Explorer le lien entre les caractéristiques sociales des personnes et leur capacité à réagir différemment aux injonctions des scientifiques et aux messages envoyés par l’État.
  • Le confinement a représenté une occasion inhabituelle d’interroger la réalité et l’ampleur du conformisme social dans notre société.
    • En tant que dispositif juridique d’exception, il a été une épreuve redoutable pour l’État dans sa capacité à se faire obéir. Les consignes pour endiguer l’épidémie nécessitent que l’ensemble de la population se les réapproprie et accepte de les mettre en œuvre.
      • Certes, il a été largement respecté : en quelques heures, le gouvernement a montré sa capacité à obtenir de l’ensemble de la société qu’elle s’enferme elle-même et restreigne drastiquement ses libertés d’aller et venir. (certains y adhèrent, les appliquent)
      • Mais en même temps, des indices nombreux et concordants laissent entrevoir qu’il a été un moment où les règlements ont été discutés dans leur légitimité même, notamment parce qu’ils remettaient en cause des mouvements jusqu’alors aussi anodins que familiers (d’autres se montrent plus sceptiques et les transgressions peuvent être nombreuses).
  • C’est cette présence à la fois quotidienne et renouvelée de l’Etat que l’on voudrait interroger dans le cadre de cet atelier, autant sous l’angle du conformisme que de celui de la défiance vis-à-vis des autorités. Les usages de « l’attestation de déplacement dérogatoire » serviront de terrain d’enquête privilégié.

def. conformisme: désigne le processus d'influence sociale par lequel une personne est amenée à aligner ses propres perceptions, croyances ou conduites sur celles d'un ensemble d'autres personnes. Exemple: adopter les codes vestimentaires en usage dans son entourage professionnel.

image1

tableaux

410R3. REV_groupage / 130. DIST

Jamais Parfois/Rarement Souvent Total
5000€/mois et + 56,0 33,7 10,3 100,0
3000 à 5000€/mois 62,3 30,5 7,2 100,0
1600 à 3000€/mois 61,5 31,1 7,4 100,0
1200 à 1600€/mois 59,5 32,1 8,4 100,0
– 1200€/mois 60,9 29,2 10,0 100,0
Total 60,8 31,2 8,1 100,0

Khi2=32,7 ddl=8 p=0,001 (Très significatif) V de Cramer=0,039

  1. AGE_cal / 130. DIST
Jamais Parfois/Rarement Souvent Total
[18,25) 56,8 31,5 11,7 100,0
[25,35) 63,3 29,1 7,6 100,0
[35,50) 65,9 27,6 6,5 100,0
[50,65) 56,2 34,6 9,2 100,0
[65,105] 55,8 36,4 7,9 100,0
Total 60,8 31,2 8,0 100,0

Khi2=109,1 ddl=8 p=0,001 (Très significatif) V de Cramer=0,07

pistes de recherches pour la suite

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/linda-kebbab-le-difficile-confinement-des-territoires-perdus-de-la-republique-20200319

Bibliographie

LAURENS, « Ordre et influence : de la réalité des conduites sociales à leurs interprétations individualistes fallacieuses. Retour sur l’expérience de Milgram et son interprétation », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, vol. numéro 105, no. 1, 2015, pp. 7-32.

Mode indépendant/état autonome ⇒ mode systématique/état agentique (=l’individu accepte le contrôle total d’une personne statutairement plus élevée et ne se sent plus responsable de ses actes).

Thèse de M: l’évolution va de l’autonomie vers l’organisation.

Typique des théories de l’influence sociale: conception individualiste où prime l’individu sur le collectif et cherche une explication des conduites sociales dans la psychologie. L’opposition structurale source/cible impose de penser que l’influence part de la source pour aller vers la cible avec une relation d’influence asymétrique. L’individu est fermé à l’autre, l’influence (interaction) n’est pas comme des liens constituant les sujets, mais comme des instants de chocs avec autrui. Elle est un mécanisme essentiellement négatif dont il faut protéger les individus et la société.

La notion d’influence répond à l'indépendance des individus, à comprendre la dépendance d’une entité normalement autonome, comme une soumission momentanée à une autre entité. Mais ce modèle coince sur 3 points:

  1. les techniques n’ont pas d’efficacité en elles-mêmes (=elles sont des symboles de croyances)

Grâce à quelques concepts comme le lavage de cerveau, les évnmts les plus insolites prennent sens. Les effets ne dépendent pas de la technique utilisée mais de la croyance de leurs usagers. Ce n’est pas dans l’individu ou dans la technique que se trouve la cause, mais dans ce qu’ils partagent: langage, croyance, représentation, symboles → système de significations partagés. Les processus d’influence expliquent en fait une situation habituelle: l’interdépendance. L’influence n’est pas une cause, mais une interprétation. Comme l’individu prime, on recourt au processus d’influence pour expliquer qu’il obéit. Or, dans ce processus, c’est la proximité et la similarité qui ont des rôles clés. LAZARSFELD: faibles effets d’influences lointaines (propagande) et la primauté des influences personnelles.

  1. expliquer les actes de la cible de l’influence par un état psycho d’automate/agent est une erreur car état invérifiable dans le réel
  2. la réalisation d’ordres n’est pas compréhensible si on suppose une différenciation entre ceux qui interagissent

C’est par la similarité entre soi et autrui (langage, croyances) qu’il est possible d’expliquer les interactions. Autrui est un élément constitutif de notre moi. C’est « au nom de la science » que Milgram réalise cette expérience, mais il ne voit pas que c’est aussi « au nom de la science » que les sujets envoient des chocs électriques (partageant avec lui et l’autorité les mêmes croyances).

LUSSIER et GRIL, « Covid-19 : Pourquoi certaines personnes ne respectent-elles pas les consignes? », Gestion (HEC Montréal), 16 avril 2020, https://www.revuegestion.ca/covid-19-pourquoi-certaines-personnes-ne-respectent-elles-pas-les-consignes.

La population se divise en 2 camps: ceux qui respectent les consignes / ceux qui les contournent. Ces agissement irrationnels s’expliquent à la base par la peur/l’anxiété. Pour la maîtriser, on communique, mais alors on a tendance à multiplier les sources d’info peu friables ce qui génère encore plus d’angoisses. Les individus deviennent illogiques, ils perdent leur contrôle. L’épuisement mental explique pourquoi il se rue sur les magasins alors qu’ils viennent de perdre leur emploi.

« Les paquets de papier toilette sont devenus un symbole de sécurité dans la tête des gens ».

Trait de personnalité très individualiste, refus de l’autorité → ça explique pq certaines personnes rejettent des consignes. Impossible alors d’être dans une dynamique collective et de suivre le mouvement.

NOÛS, « Covid-19, la guerre et les quartiers populaires », Sociétés contemporaines, vol. 116, no. 4, 2019, pp. 187-201.

Les habitants des quartiers populaires sont accusés d’aggraver la pandémie à cause de leur supposée “incivilité”.

L’épidémie est un évnmt (=un surgissement imprévu qui chamboule notre quotidien) qui appelle à un nouvel impératif moral: “rester chez soi”. Cachant sa responsabilité, le gouvernement fustige les comportement “irresponsables”. La population des cités serait-elle plus rétive aux consignes de confinement? Il n’y a pas eu d’infractions au confinement en masse dans les cités, les stats de la police ne mesure par la réalités des infractions de la population, elles donnent juste un indicateur de l’activité policière (=le genre d’infraction, type de pop sur lesquelles la police concentre ses moyens).

SAINT-MARTIN, « Science », Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020.

« La Covid a mis la science partout et souvent nulle part. Science par ici, science par-là, un peu partout et souvent nulle part. La rumeur du mot bruisse de façon insistante de conversations de balcons en murs Facebook. [...] La question de la crédibilité est essentielle ici. Le poids des avis et des éventuelles recommandations s’apprécie à la mesure du capital d’autorité scientifique des institutions. [...] Dans l’accélération d’un management de crise d’un gouvernement enjoint à l’efficacité ici et maintenant, l’incertitude n’est tolérable qu’à la marge, car il y a mort de femmes et d’hommes. Plus que jamais il faut le savoir pour le pouvoir. Mais encore faut-il que le pouvoir sache ce qu’il veut en faire. La polyphonie des registres de véridiction au sommet de l'État s’est vite transformée en brouhaha. Enfin, tel est le récit ayant en général cours dans les médias généralistes, plaçant les populations confinées dans la sidération d’un événement prétendument insaisissable. »


« “Ras-le-bol d’être confinés, de remplir des attestations, d’être infantilisés et de payer pour l’incompétence de ce gouvernement”, peste Paul, 58 ans, qui travaille dans un service de facturation à La Poste. Au printemps, seul le professeur Raoult avait réussi à apaiser ses angoisses. Sa rancœur se traduira s’il le faut par un vote pour Marine Le Pen, lui qui, d’ordinaire, vote Mélenchon. »